Titre Image

Flash Experts analyse l'éclairage d'obstacles en Amérique du Nord

Editeurs de Énergie éolienne nord-américaine demandé Flash Technology fournir une expertise technique concernant l'état actuel de l'éclairage des obstacles en Amérique du Nord, y compris les normes et les règlements d'éclairage. Flash a fourni les informations suivantes.

Navigation dans les normes nord-américaines d'éclairage d'obstacles

Des feux d'obstacles à l'aviation ont été observés sur de hautes structures depuis les années 1930 avec l'avènement des vols de nuit. Dans les années 1990, des tours de téléphonie cellulaire ont vu le jour et, plus récemment, les éoliennes sont devenues un spectacle courant dans le paysage nord-américain. Tous ces obstacles sont considérés comme des intrusions dans l'espace aérien navigable et nécessitent un moyen d'avertir les pilotes qui approchent du danger inhérent à l'obstruction.
Des feux d'obstacles à l'aviation ont été observés sur de hautes structures depuis les années 1930 avec l'avènement des vols de nuit. Dans les années 1990, des tours de téléphonie cellulaire ont vu le jour et, plus récemment, les éoliennes sont devenues un spectacle courant dans le paysage nord-américain. Tous ces obstacles sont considérés comme des intrusions dans l'espace aérien navigable et nécessitent un moyen d'avertir les pilotes qui approchent du danger inhérent à l'obstruction.

À ce stade, les fabricants et les développeurs de parcs éoliens connaissent les normes américaines de marquage et d'éclairage des turbines, mais comment ces normes se comparent-elles à celles du Canada et du Mexique? Il existe certaines similitudes dans leurs réglementations respectives, mais aussi quelques différences subtiles - et pas si subtiles -.

Les États-Unis, le Canada et le Mexique sont tous des États membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Créée en 1944 et basée à Montréal, au Canada, l'OACI est une agence des Nations Unies dont la mission est «de réaliser sa vision d'un développement sûr, sécurisé et durable de l'aviation civile grâce à la coopération de ses États membres».

L'OACI a pour objet de fixer les normes et réglementations nécessaires à la sécurité, la sûreté, l'efficacité et la régularité de l'aviation, ainsi qu'à la protection de l'environnement de l'aviation. Étant donné que les États-Unis, le Canada et le Mexique font tous partie des 191 États membres de l'OACI, il n'est pas surprenant de trouver des similitudes dans le marquage des éoliennes entre les trois pays, mais chacun conserve une certaine autonomie dans ses normes. Avec la technologie des éoliennes poussant les tours et les pales vers de nouveaux sommets, les trois pays ont adopté des normes spécifiques aux centrales éoliennes ces dernières années.

OACI

Le règlement de l'OACI relatif aux obstacles est l'annexe 14, chapitre 6 - Aides visuelles pour signaler les obstacles. Il propose des lignes directrices pour les caractéristiques des différents feux d'obstacle et des suggestions sur la façon de peindre et / ou d'éclairer différentes structures. En novembre 2009, les éoliennes ont finalement été reconnues comme quelque chose d'unique à la section 6.4 de l'annexe 14. Les recommandations de l'OACI pour les éoliennes sont les suivantes:

  • Une éolienne doit être peinte et / ou éclairée s'il est déterminé qu'elle constitue un obstacle;
  • Les pales, la nacelle et les deux tiers supérieurs du mât de support doivent être peints en blanc; et
  • Lorsque l'éclairage est jugé nécessaire, des lumières d'intensité moyenne doivent être utilisées.

Dans le cas d'un parc éolien, les lumières doivent être installées comme suit:

  • Le périmètre du parc éolien doit être identifié;
  • L'espacement des feux doit être conforme aux recommandations de tout autre obstacle largement espacé;
  • Les feux clignotants, lorsqu'ils sont utilisés, doivent clignoter simultanément;
  • Les éoliennes les plus hautes devraient être identifiées malgré tout; et
  • Les feux d'obstacles doivent être installés sur la nacelle de manière à offrir une vue dégagée aux aéronefs qui approchent de n'importe quelle direction.

 

É.-U.

Aux États-Unis, la sécurité aérienne est réglementée par la Federal Aviation Administration (FAA). La FAA a été créée en 1958 pour assurer une utilisation sûre et efficace de l'espace aérien national, et c'est l'organisation qui établit les normes pour les feux d'avertissement des aéronefs. En général, la FAA exige que les obstacles de 200 pieds (environ 61 mètres) ou plus soient marqués (peints) ou éclairés.

Il n'y a pas très longtemps, la FAA n'a pas officiellement reconnu la différence entre une éolienne et toute autre structure haute. Cela signifiait qu'il était courant que chaque nacelle d'un parc éolien (ainsi que les tours mitoyennes adjacentes) soit montée avec deux balises clignotantes jour et nuit. Cette exigence ne convenait évidemment pas aux développeurs, aux propriétaires et aux communautés locales.

En 2005, la FAA a réalisé une étude pour déterminer la technique la plus efficace et la plus efficace pour l'éclairage d'obstruction des parcs éoliens. Les résultats de cette étude ont ouvert la voie à des modifications apportées aux normes de marquage et d'éclairage des éoliennes et, en 2007, la FAA a publié la circulaire consultative 70 / 7460-1K CHG 2, qui comprenait le nouveau chapitre 13: Marquage et éclairage des éoliennes. Fermes.

Parmi les recommandations spécifiques aux éoliennes et aux parcs éoliens figuraient les suivantes:

  • Il n'est pas nécessaire d'allumer toutes les unités d'un parc éolien. La définition de la périphérie de l'installation est essentielle. Cependant, l'éclairage des éoliennes intérieures est de moindre importance à moins qu'elles ne soient plus hautes que les unités périphériques;
  • Les feux d'obstacle à l'intérieur d'un groupe d'éoliennes devraient avoir des séparations non éclairées ou des espaces ne dépassant pas la moitié d'un mille terrestre si l'intégrité de l'apparence du groupe doit être maintenue. Ceci est particulièrement critique si la disposition des objets est essentiellement linéaire;
  • Tout ensemble d'éclairage d'obstruction clignotant ou pulsé doit être synchronisé ou clignoter simultanément;
  • L'éclairage d'obstruction de l'éolienne de nuit devrait être composé des feux clignotants rouges d'aviation FAA L-864 préférés; et
  • L'éclairage de jour des parcs d'éoliennes n'est pas requis, tant que les structures des éoliennes sont peintes dans une couleur blanc brillant ou une couleur blanc cassé le plus souvent trouvée sur les éoliennes.

 

Il existe certaines similitudes dans l'éclairage d'obstacle pour les pays d'Amérique du Nord, mais aussi quelques différences.

 

Canada

Au Canada, l'espace aérien est contrôlé par Transports Canada. À l'instar des circulaires consultatives de la FAA, Transports Canada publie le Règlement de l'aviation canadien (RAC), et celui qui rend obligatoire le marquage d'obstacles est la norme 621 du RAC: Marquage et éclairage des obstacles.

Tout comme la FAA a dû apporter certains ajustements à ses normes à mesure que les parcs éoliens devenaient de plus en plus importants, Transports Canada a publié une mise à jour du RAC 621 en décembre 2011 contenant un nouveau chapitre intitulé Chapitre 12 Éoliennes et parcs éoliens.

Les recommandations sont très similaires aux recommandations de la FAA et de l'OACI pour le marquage et l'éclairage des éoliennes:

  • Aux fins de la «protection diurne», les éoliennes d'un parc éolien sont peintes en blanc ou en blanc cassé;
  • Une éolienne est éclairée avec une balise clignotante rouge d'intensité moyenne CL-864 pendant les heures de nuit;
  • Un groupe d'éoliennes est indiqué aux pilotes par l'installation de balises clignotantes rouges d'intensité moyenne CL-864 sur des éoliennes spécifiées sur le périmètre du parc éolien;
  • Les feux sont situés de manière à définir le parc éolien et espacés à une distance horizontale de l'ordre de 900 mètres pour des directions d'approche d'aéronefs données;
  • En plus des feux de périmètre, l'éolienne dominante (la plus élevée en hauteur absolue) du parc éolien doit également être allumée; et
  • Tous les voyants lumineux fournis pour un parc éolien clignotent simultanément.

 

México

L'espace aérien mexicain relève de la compétence de la Direccion General de Aeronáutica Civil (DGAC) et ses normes sont publiées dans Circulares Obligatoria. Pour l'éclairage d'obstacle, le Circular Obligatoria est DA-04/07 R-1, et sa version la plus récente est sortie en avril 2012 avec un chapitre dédié spécifiquement aux éoliennes. Bien qu'il existe certaines similitudes, la réglementation mexicaine est nettement différente des normes de l'OACI, de la FAA et de Transports Canada.

La norme mexicaine est similaire au marquage des tours en treillis et exige un marquage diurne au-delà de la peinture blanche recommandée par les autres autorités. Il permet de prévenir les pilotes d'une éolienne envahissant l'espace aérien de jour comme de deux manières: des bandes de peinture orange sur la peinture standard blanc ou blanc cassé ou une balise clignotante blanche d'intensité moyenne (OACI type A / FAA L-865) . Si la peinture est souhaitée, le schéma de peinture implique à la fois la structure de support et les lames. La structure de support nécessite une bande de peinture orange aviation de deux mètres de large à un tiers de la hauteur du sol et une autre peinte sous la nacelle à une distance d'un tiers de la longueur des pales. Sur les pales, la DGAC nécessite trois bandes horizontales de largeur égale sur le dernier tiers de la pointe de la lame, en commençant par l'aviation orange à l'intérieur, une bande blanche au milieu et une dernière bande orange.

Si la peinture n'est pas souhaitée, un système d'éclairage double d'intensité moyenne peut être utilisé, consistant en une balise clignotante blanche d'intensité moyenne dans la journée (OACI type A / FAA L-865) et en passant à une balise clignotante rouge d'intensité moyenne à nuit (OACI Type B / FAA L-864). Comme les spécifications américaines, canadiennes et OACI, la DGAC suggère que s'il y a un groupe de turbines au même endroit, l'éclairage et le marquage peuvent être limités à tous les 900 mètres.

Il convient de noter que les quatre règlements (OACI, FAA, Transports Canada et DGAC) sont des lignes directrices, et les autorités locales de l'aviation civile doivent effectuer une étude aéronautique avant d'installer des turbines ou des tours. Les autorités locales peuvent exiger un marquage ou un éclairage plus ou moins rigoureux en fonction du trafic aérien local, ainsi que de la proximité d'un aéroport ou d'une trajectoire de vol et des résidences voisines.